ARCHIVES

ARTICLES 07/08

Interview Manche Libre avec Régis Pigeon

17/09/2007

 
Dans l'édition de La Manche LIbre à paraitre jeudi, Régis Pigeon se livre pour son retour sur les terrains !!!

3 questions à Régis Pigeon
« Pas digne d’une équipe de CFA2 »

Samedi, vous avez effectué votre retour sur les terrains, difficile dans un tel contexte ?

« Je suis assez satisfait d’avoir repris, même s’il va falloir du temps pour retrouver le rythme. Maintenant cela n’efface surtout pas la déconvenue, et cette prestation qui pose problème, avec des grosses défaillances individuelles que l’on paye cash ! Pas la peine, de tirer sur l’un ou sur l’autre, c’est un collectif, ce qui était à redouter est arrivé ! Maintenant soit on baisse les bras et ça sert à rien de mettre les pieds sur le terrain soit on se bat ! Ca va payer, car la qualité intrinsèque des joueurs est là, j’en doute pas. »

Votre entraîneur se posait la question de savoir si son message passait, qu’en pensez vous ?

« Je ne me pose pas cette question pour le moment. On est à l’écoute de ce qu’il dit, mais on n’a pas de répondant ! Il ne faut surtout pas qu’on joue la peur au ventre. Que ce soir individuel ou collectif, va falloir réagir et vite. La coupe de France (contre Villedieu (DSR) 3ème tour) peut nous aider, à bien engranger de la confiance et cela ne peut être que bon pour nous. On doit retrouver une assise défensive, car là on n’est pas digne d’une équipe de CFA2. »

Les causes de mauvais début de saison est t’il lié au recrutement ?

« Le recrutement du coach et des dirigeants a été fait de façon à ce que cela se passe bien.On a un groupe et une équipe réserve qui ont besoin de trouver une stabilité, maintenant je ne suis pas convaincu qu’au niveau rendement, on doit tout bouleverser, tout modifier. On ne va pas revenir en arrière. L’optimisme est au minimum, car il faut pas se leurrer, on regarde le classement, on est avant-dernier et les équipes devant nous ont pris de l’avance, et on compte 3 points de retard sur le premier non reléguable. A nous d’être dans un état maximum de compétition ! »


MIGUEL FERREIRA